Paris-Dakar et handicap : rien n'est impossible pour Philippe Croizon !
Accueil > Le Paris-Dakar avec un handicap c’est possible !

Le Paris-Dakar avec un handicap c’est possible !

Amputé des 4 membres, Philippe Croizon termine 48ème au classement général du Paris-Dakar après 4000 km de course en Argentine. Une nouvelle fierté pour ce français qui n’en est pas à son 1er exploit.

Philippe Croizon : repousser les limites du handicap

Victime d’un accident grave en 1994, Philippe Croizon est touché par une ligne électrique à 26 ans en changeant une antenne de télévision. Brûlé sévèrement à chaque membre, il est amputé des 4 membres. A l’issue de centaines d’heures de soins, il prend le parti de vivre et a non seulement pu remarcher mais aussi conduire et même faire de la plongée sous-marine.

En 2008, il se lance dans un défi : traverser la manche à la nage. Il s’entraîne pendant 2 ans avec un équipement spécifiquement étudié pour ce défi et des prothèses et palmes en carbone et titane, pensées pour lui. En Septembre 2010, il incarne le dépassement de soi en réalisant la traversée de la Manche en 13 heures et 26 minutes.

Quelques mois après, il se lance dans un nouveau défi : relier les 5 continents à la nage. L’expédition nommée Nager au-delà des frontières, fera d’ailleurs l’objet d’un documentaire filmé et diffusé sur France 3.

C’est en 2015 qu’il se lance dans le pari du Paris-Dakar avec Cédric Duplé et Yves Tartarin, qui ont l’expérience de la course mythique.

2017 : Défi du Paris-Dakar relevé

Philippe Croizon s’est donc lancé sur la ligne de départ du Dakar, en Argentine, début Janvier 2017, au terme de 2 années d’entraînement, notamment en participant au rallye du Maroc en 2015.

Le participant a roulé dans un buggy modifié et adapté à son handicap. Un baquet spécifiquement conçu pour lui, maintient ses jambes en place. Son bras droit est fixé à une coque en carbone sur-mesure qui permet de contrôler le joystick de commande : avant / arrière, freinage / accélération, droite / gauche. Son bras gauche actionne un levier pour passer les vitesses. Le volant et les pédales d’origine ne sont pas utilisées par Philippe Croizon.

Non sans connaître quelques difficultés, le pilote a réussi à aller au bout de cette course et prouve une nouvelle fois qu’il est possible de dépasser les limites du handicap. Si Philippe Croizon les repousse jusqu’à l’exploit, il n’en reste pas moins qu’il est possible, au quotidien, d’acquérir une véritable autonomie même en situation de handicap, et la conduite en est un des vecteurs.

 

Découvrez toutes les vidéos de Philippe Croizon sur le Dakar 2017.

https://www.facebook.com/pg/Dakarcroizon/videos/?ref=page_internal